Elmer

elmer restaurant paris | parisbymouth.com

Practical information

Address: 30 rue Notre-Dame de Nazareth, 75003
Nearest transport: Temple (3), République (3, 5, 8, 9, 11)
Hours: Closed Sunday; Open Tuesday-Friday for lunch & dinner and Monday & Saturday for dinner only
Reservations: Book a week in advance
Telephone: 01 43 56 22 95
Average price for lunch: 20-39€
Average price for dinner: 40-59€
Style of cuisine: Modern French
Website   Facebook

Reviews of interest

John Talbott (2016) “They were among the best ribs I’ve ever had anywhere – moist on the inside, crispy on the outside, tasting of wood and Southern sauce.”

Table à Découvert (2016) “Simon Horwitz, le chef d’Elmer, a une idée en tête: le charbon et la rôtissoire. Et avouez que pour cuire une épaule d’agneau, on n’a pas trouvé mieux.”

Paris Bouge (2016) “Les canettes de Challans et l’agneau des Pyrénées se rôtissent et s’accompagnent de légumes ultra saisonniers passés à la flamme ou crus dans des assiettes pour deux. Les entrées se patchworkent pour divertir tous les convives des associations Horwitziennes bien pensées. On retiendra particulièrement un céleri cuit au foin, croquant et juteux, des anchois et des chips de champignon.”

L’Express (2016) “Un nouveau bistrot branché? Bien mieux que ça! Simon Horwitz dévoile une épatante popote néobistrotière, en mêlant gastronomie française et inspirations d’Amérique du Sud, d’Australie ou encore d’Asie.”

Libération (2016) “Les plats sont un peu onéreux : ils coûtent une vingtaine d’euros et il n’y a pas encore de menu, pas même le midi (le chef y réfléchit). Cependant, s’ils sont tous du niveau de la canette de Challans… ça vaut le coup. Généreuse, tendre, rosée, elle est, contre toute attente, divinement relevée par le top 3 de la verdure la moins sexy du monde: coing-endive-choux de Bruxelles. Le coing est sucré et acidulé, l’endive fondante, le chou craquant, le tout lié par une bonne sauce brune. Impec.”

Le Fooding (2015) “Après avoir fait ses classes chez Wahid, Gagnaire, Grébaut et Meneau, voyagé en Asie et en Amérique latine, le chef s’est enfin posé pour en griller une (cane mi-sauvage, au charbon de bois), en tournant la rôtissoire et tricotant des assiettes polychromes, trilogiques et déstructurées: coucou de Rennes + betterave + oignon rôti; agneau de lait des Pyrénées + topinambour + brocolito; merlu de ligne + panais + chou de Bruxelles…”

Photo courtesy of Elmer’s Facebook page

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*